où l’on en arrive, déjà, au jour 4 et au paragraphe 4 de « conquête du pays ugogo »

belgian-troops-colonel-tombeur

Poursuite du feuilleton. Pour rappel : Durant 5 jours, publication des 5 premiers paragraphes de Conquête du Pays Ugogo. 1 paragraphe par jour. Jour 4. Paragraphe 4.

Pour les jours précédents, à voir ci-dessous :

Jour 1 – Paragraphe 1

Jour 2 – Paragraphe 2

Jour 3 – Paragraphe 3

(…) puis : « Debout », j’ai dit, et j’ai été debout, puis ai passé, dans le dortoir et dans le froid, la combinaison blanche sentant le frais et le savon, et : « Peut-être j’ai », j’ai pensé, « Vie de chienne mienne et vie manquée mais j’ai aussi combinaison blanche sentant le frais et le savon et tas de choses à faire, pulls et poulaines à recoudre aux pointes et aux coudes, manques à combler dans frigo frigidaire, toute une bande de gens à consoler », puis : « Je pense ceci », j’ai pensé, « Pas sûre que si pas vie de chienne mienne ou vie manquée j’aurais ici et maintenant combinaison blanche sentant le frais et le savon et toute la troupe à cajoler et à serrer contre mon coeur, pas sûre que ventres nôtres seraient ronds et rebondis, pas sûre, puis pas dit que nous logerions au chaud dans dortoirs, ou errerions, dans fabriques, boutiques ou charbonnages, au chaud dans écharpes nôtres et pulls et casaquins », j’ai pensé, puis, dans le noir, dans dortoir, ai passé le beau cache-poussière à fleurs bleu et rose et : « Je pense ceci », j’ai pensé, « J’aime, dans vie de chienne mienne, combinaison blanche sentant le frais et le savon et cache-poussière à fleurs bleu et rose et tas de choses à faire pour Mé et Mi avoir vie belle et douce malgré vie de chiens dans le fumier dans la cour ou dans le bruit des pelleteuses, des grandes excavatrices, dans les mines de cuivre ou d’uranium », j’ai pensé, et : « Encore ceci », j’ai pensé, « Pas sûre qu’ailleurs, dans les prairies ou dans les bois, les vastes steppes de Sibérie, dans les grands vents et les grands froids, pourrais serrer Mou et Ma contre mon coeur, pourrais border, et cajoler, Meu et Moï, Muï et Mu », « Encore ceci : Peut-être, près des grands lacs et des pêcheries, aurais, chaque matin, de mes mains, suspendu, par les pieds, éventrés comme des poissons, la jeune Meï, la jeune Me », « Ou bien encore : Peut-être aurais, dans les savanes, les herbes sèches, laissé derrière, éventrés, chaque midi, pour les grands fauves, les singes babouins et les limaces, le jeune Mo, le jeune Mouï, petits geignards même pas bons à cailler le lait », j’ai pensé, puis, durant 12 12 temps d’éternité, j’ai pensé puis j’ai cessé de penser, puis j’ai repensé puis cessé de repenser, tourner dans tête les pensées inadéquates, puis : « Debout », j’ai dit, dans le dortoir et dans le noir, puis : « Debout. Oui », a dit Mon, en frottant ses yeux et ses paupières, et : « Déjà ? », a dit Man, en s’étirant, et : « Oui. Bien sûr », j’ai dit, en chatouillant les plantes des pieds, les crânes rasés, tout ce qui dépassait des draps et couvertures, et : « Debout debout. Tas de bouses », a dit Maï, ôtant sa veste de pijama, « Debout debout. Tas de fumier. On vous demande », a dit Bé, en beuglant à tue-tête, « C’est votre vie manquée », a dit Bi, en pissant de rire, « C’est votre vie manquante », a dit Bou, en se roulant par terre, « Oui. Bien vu. Bien dit », a dit Ba, et : « Bien vu. Bien dit », a dit Beu, puis tous, tous tous, se sont levés, tous les Boï et les Beu, tous les Bu et les Beï, et : « En route », a dit Be, et : « En route. Oui », a dit Bo, puis Bouï a descendu l’escalier, et Bon s’est servi un petit bol de céréales, puis : « Laisse-m’en », a dit Ban, et : « Laisse-m’en », a dit Baï, et : « Pourquoi ? », a dit Xé, et : « Parce que », a dit Xi.

D’autres extraits et états antérieurs de Conquête du Pays Ugogo sont lisibles, audibles et visibles ici :

revue en ligne « Sans Titres »

revue en ligne « Paysages écrits »

Publicités

Une réflexion sur “où l’on en arrive, déjà, au jour 4 et au paragraphe 4 de « conquête du pays ugogo »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s